«

»

fév 07 2014

Imprimer ceci Article

[Preview] Castlevania Lords of Shadow 2

Malgré un début d’année totalement mort niveau jeux et des consoles nouvelles générations qui peinent à décoller, les jeux arrivent et pas des mauvais. Le premier d’entre eux est Castlevania Lords of Shadow 2, troisième opus de la trilogie LoS (avec Mirror of Fate). Bien que je l’attendais pas vraiment au tournant je me suis retrouvé à arpenter le château de Dracula.

Et là je demanderais à ceux n’ayant pas fait Castlevania LoS 1 de partir car bien que je ne spoilerais pas le 2, celui-ci se passe tout de même à la fin du premier et en reprend donc les tenants scénaristiques.

castlevania-lord-of-shadow-2

Combo, COMBO, FINISH!

C’est bon vous êtes partis ? Donc retrouvons Gabriel Belmont dans son château. Le comte Dracula qu’il est devra repousser les assauts angéliques et un immense colosse. Et malgré le tutorial omniprésent  l’ensemble est vachement classe. Cette première scène rappellera beaucoup Shadow of the Colossus comme c’était aussi le cas dans le premier.
La gestion de la caméra est cool et ce préambule devient extrêmement vivant et épique. Personnellement cela m’a beaucoup fait penser à Darksiders 2, et cette impression sera renforcée tout au long de mes 3h de test. Combats de boss en arène, escalade et plateformes renvoyant Mario à son métier de plombier, finish moves totalement badass et panel d’armes copié sur God of War.

Non ce n’est pas une critique au contraire Lords of Shadow 2 est un pur beat’em all très dynamique se plaçant d’emblée parmi les meilleurs, un peu couloir certes mais cela est nécessaire pour respecter le triptyque boss/exploration/énigmes. Bon les énigmes restent assez simple surtout lors de ce début de jeu censé nous montrer toutes les mécaniques de gameplay.

 

1374217926_Castlevania-Lords-of-Shadow-2-Image-3

Classique mais sympathique!

Justement parlons-en de ces mécaniques. Tout d’abord nous possédons trois armes ; le fouet qui ratissent large, parfais pour les combos, l’épée du néant qui redonne de la vie et enfin les  gants qui font fondre les boucliers, c’est assez pratiques. Chaque arme possède une arme de jet pour ainsi balancer des chauves-souris ou de la glace.
Les améliorations répondent à un système très classique de points permettant de débloquer de nouveaux combos. Tandis que le level-design nous permettra de prendre possession d’ennemis ou de rats.

Et justement ces possessions rappelleront sans doute Dishonored ou Prototype. Certes ce n’est pas très action tout ça. C’est normal, comme tout bon héros qui se respecte, Dracula sera affaibli en début de partie pour mieux renaître.

On nous a aussi montré un passage plus avancé avec le Toy Maker, personnage haut en couleurs sur lequel Konami place sa promo. Il apparaît via un mini-jeu certes marrant mais pas franchement utile. On peut supposer que c’est un moyen de raconter une histoire sans passer par de compteuses cinématiques. Pour ma part je l’ai vu juste comme un énième boss .

 

IMG_5849

Plus y a d’options, mieux c’est!

Outre le gameplay maitrisé, plusieurs points m’ont énormément plu dans ce Castlevania. Tout d’abord le dynamisme, le fait de vivre l’action à fond via des caméras bien placées (et le fait de pouvoir la contrôler), l’histoire englobant tout la mythologie Castlevania et les Belmont.
Les boss très nombreux et tous différents rajoutant parfois une nouvelle interaction avec le décor.

Mais ce qui me fait plaisir se trouve dans les options. A part le fait de pouvoir modifier la difficulté à la volée, rendant le titre accessible à tous. On trouvera la possibilité de virer les QTE et là je dis merci car les QTE c’est le cancer de la génération HD. Dans LoS elles étaient trop nombreuses, trop dures et surtout pas assez justifiées, c’est cela qui m’avait fait abandonné le jeu à l’époque à mon grand désespoir. Dans cet opus elles sont heureusement assez bien placées.

 

IMG_5840

Peut-être trop linéaire!

Le jeu n’est pas exempt de défauts, il fait trop la part belle aux combats en arène fermée, impossible de sortir. De même l’exploration rime avec absence d’adversaires. Et de ce que j’ai vu l’histoire est mise au second plan rendant le rapport entre les divers zones du jeu difficile à voir. De plus on a tendance à se perdre entre les différents Belmont tellement ils se ressemblent.

De plus les énigmes restent très simples, demandent peu d’aller-retour et de temps de réflexion. En contrepartie les phases de plateformes sont nombreuses mais prennent trop le pas sur l’action.

Si dans l’ensemble Lords of Shadow 2 s’avère excellent durant ses trois premières heures, l’absence de scénario fait peur pour la suite.

 

très bon miniCastlevania Lords of Shadow 2 s’annonce très bon, ce n’est pas un simple pompage de la licence, l’ensemble et très travaillé. Alors que le 1 était plus une ballade en foret, le 2 revient sur des bases castlevaniaesques avec des environnements clos et des donjons. L’ensemble se joue entre notre époque et le moyen-age. Le jeu fait la part belle aux boss en arène très nombreux mais chacuns ayant sa propre mécanique. On pourra juste reprocher une histoire difficile  suivre et à faire le lien entre les différentes zones du jeu.

LoS 2 corrige tous les défauts du 1 en se bonifiant, le titre sortant le 27 Février  promet de belles choses ainsi qu’une longue aventure de 17/20h.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pocket-collection.fr/preview-castlevania-lords-shadow-2/

1 comment

  1. Magemo

    Ah j’avais un pote qui avait une invite …. mais bon on avait la flemme d’y aller. Tu me diras ça a l’air vraiment sympa. Mais trop de jeu merde! il y a trop de jeux sur cette terre !
    En plus la licence est hyper vieille, à chaque fois je veux tout reprendre. ça me l’a fait avec metal gear et Hitman, j’ai résisté pour Tomb Raider mais là bon, buter Dracula … why not.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>