Archives de la Catégorie : Geekeries du programmeur

déc 03 2011

Donwakhin, fils de codeur!

Y parait que je joue bosse beaucoup!! C’est sûr je suis passer codeur niveau 17 spécialité boucle à une main avec specs max sur les pointeurs lourds avec quelques capacités anti-norme et maitre segfaulter qui me donne un bonus de 1.5 sur tous mes projets et mon charisme me permet d’avoir les bonus « bons commentaires » et « canettes gratuites ».

Sauf que cette semaine ma save m’a fait un gros fatal error et je suis redescendu au niveau 5.
Et là je vois que je vous ai tous perdu et vous devez vous demandez de quoi je parle; je vous parle du faiseurs de no-life de cette fin d’année, le jeu qui enterre Call of Duty et World of Warcraft (et ses pandas) le jeu qui à fait  4 Millions de fils de dragons en 24h, Je veux parler de Skyrim.
Je ne l’attendais pas, pour moi le RPG de l’année c’était The Witcher 2, les vidéos et la séquence de gameplay du PGW montraient un jeu pas terrible graphiquement, des animations lourdes et des combats manquant de dynamisme mais une fois en jeu c’est tout simplement l’extase. J’avais pas ressenti ça depuis Pokemon et Final Fantasy IX. Lorsque tu joue à Skyrim tu rends une quête puis t’en prends une autre et ainsi de suite il est impossible de s’arrêter car le monde est vivant …

Et c’est ça qu’est fabuleux, en dehors de la quête principale il y a une myriade de choses à faire, de donjons à explorer, de personnes à rencontrer et même au milieu d’une route pommée en pleine montagne il est possible de tomber sur LE vieux bonhomme qui va que donner LA quête super sympa avec LE super objet à la clé. Et le pire c’est que pendant la quête il est possible que tu tombe sur un ennemi possédant un objet encore plus puissant que celui que t’aura en finissant la quête.
J’adore les mondes ouverts, depuis GTA 1 j’aime visiter les environs sans pour autant me taper l’aventure principale et ici je suis servi, la contrée de Skyrim est magnifique et enchanteresse, certes les textures sont assez dégueulasses, les animations sont parfois poussives mais derrière ça l’univers est vivant, les habitants vivent leur vie et ne t’attendent pas pour faire telle ou telle action. Ici un groupe de mercenaires tape du troll, là-bas des soldats partent on ne sait où, c’est vivant et réellement passionnant, contrairement à un Fable tu n’es pas le sauveur du monde mais un pauvre pécore qui deviendra (ou pas) le sauveur de la terre de Bordeciel.

En parlant de sauver le monde, on est là pour tuer le méchant dragon super puissant qui prends un malin plaisir à réveiller ses potes pour cramer des villages et là encore on est pas face à du gros scripts, les dragons se baladent librement dans le ciel et plus d’une fois on verra un dragon nous survoler alors qu’on est en plein milieu d’une forêt en train de chercher des champignons (surement hallucinogènes) , mais celui-ci ne va pas forcément nous attaquer, c’est souvent à nous d’aller le provoquer et ainsi commencer le combat. Combats assez rapide cependant puisque les dragons basiques se tue en 2 à 5 min suivant votre niveau. En général je les titillent à l’arc avant de partir en Grudu de base avec armure lourde et masse à deux mains.
Au passage pas besoin de se spécialiser mais il suffit de mettre ses points dans les compétences qu’on utilisent souvent et ça c’est plutôt cool car j’aime utiliser la magie de temps en temps.

Mais ce qui me fait littéralement bander c’est l’arrivée du Creation Kit sur Steam Workshop, cet utilitaire de mods va permettre de créer un gros paquet de mods que ce soit des éditeurs, des nouveaux skills, des améliorations, des options ou des monstres bref tout est n’importe quoi et dans un an Skyrim sera, sur PC, absolument parfait.
Pour le moment je prends un plaisir fou à jouer à Skyrim et ce au moment même où je me lasse de Minecraft, certes ce n’est pas le même type de jeu ni la même durée de vie mais c’est une véritable claque.

J’étais un détraqueur virulent, je suis devenu un fan absolu et docile. Tous les soirs il me faut ma dose, soit en jouant, soit en regardant les autres jouer car chaque partie est différente

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.pocket-collection.fr/donwakhin-fils-de-codeur/

oct 23 2011

[Test] Manette Razer Onza

Lorsque je jouais à Batman j’ai remarqué que je ne pouvais plus appuyer sur R1 ce qui est embêtant lorsque l’on sait de ce bouton sert à tirer au grapin. Certains me diront que tous mes périphériques claquent en même temps et … ils n’auront pas tord. Et donc je profite du Paris Games Week pour aller prendre une main la toute nouvelle Onza de Razer et finalement l’acheter (tant qu’à faire pourquoi se priver ^^).

La version ici présente est la Tournament Edition avec ses boutons rétroéclairés à 60€, une version simple existe aussi pour 40€.
Comme toujours chez razer le packaging est très classieux, on a vraiment l’impression d’avoir sa manette sous verre, mais ça on s’en fout finalement et seul l’objet nous intéresse. Et dés la prise en main on est conquis,  on retrouve ses repères; de plus le grip est bien meilleur avec la texture gomme de la manette, au passage le motif Razer brillant est du plus bel effet.
Gènes razer obligent les courbes de la manette sont plus anguleuses notamment avec une coupure nette au niveau des boutons de tranche mais rien de bien génant.


A noter que la manette est filaire avec un cable tressé de 4m  qui génera de nombreux gameurs notamment parce que celle-ci est très légère et aura tendance à vouloir partir en arrière. Mais passons sur ces considérations et venons en à la « jouabilité ». Car la Onza est un peu différente de la manette classique, on le remarque tout de suite, les touches directionnelles sont désolidarisées, fini les mouvements foireux si on appuie trop rapidement, on voit aussi que les boutons select et start se place désormais en bas de la manette, là encore je n’ai pas de véritable reproche à faire.
Continuons notre observation de la face avant avec les deux sticks tous nouveaux tous beaux et surtout ajustables, en effet sous la base du stick se trouve une molette permettant de régler la résistance du stick, cela permet de gagner en précision par exemple; cette innovation issue du monde PC est appréciable pour les pcistes, les consoleux la trouveront je pense inutile. A noter que ces sticks sont plus hauts que les originaux, personnellement je préfère.
Les boutons sont eux aussi un peu différents et rétroéclairés sur cette TE (et franchement c’est appréciable voir indispensable) et surtout ils sont « Hyperéponse » un effleurement permet d’appuyer et c’est juste génial, moi qui hais les QTE désormais elles ne me pose aucun problème, les pros-gamer apprécieront.

On finira par les gâchettes au nombres de six, les 4 habituelles et deux programmables mais j’y reviens juste après. Le temps de vous dire qu’elles sont mieux calibrées, un simple pression sur le bout de RB ou LB permet de faire l’action demandée. LT et RT sont plus longues et sont plus courbées et ça c’est cool, plus jamais vous ne louperais votre action avec ça. Ça peut paraitre idiot pour les moins hardcores d’entres vous mais ces petits rien distinguent une manette classique d’une manette gamer et vous sauvera la mise plus d’une fois dans les FPS par exemple.
Ayant un handicap m’empêchant d’utiliser les boutons gauche de tranche je peux désormais me débrouiller pour jouer ! Et en parlant de ça il ne faut pas oublier les deux boutons programmables (dits de mapping) situés en haut de la tranche et auxquels on peut assigner un autre bouton de la manette (et seulement un de chaque coté, pas de macro donc), l’idée peut paraître bonne sur le papier mais le soucis qu’il est impossible d’assigner RT ou RB à L et inversement c’est un peu dommage avouez-le!

Mais au final on est sur de l’excellent périphérique qui ravira les plus exigeants et comptant le même prix qu’une manette classique … sans fil car c’est le seul reproche que l’on peut faire à la Onza qui est en plus plus solide que les Microsoft, que demande le people?!

Lien Permanent pour cet article : http://www.pocket-collection.fr/test-de-la-manette-razer-onza-2/

sept 17 2011

Découvrez Windows 8 en temps réél!

Après les 100 000 vues de cette nuit je passe à la vitesse supérieure et je teste la puissance du tout nouveau Windows 8 de Microsoft accessible depuis peu dans sa version développeur.
Bon le truc n’est pas stable et tout n’est pas activé, sans compter le fait que certains logiciels sont impossible à installer mais je vais tourner quelque jours avec.

L’idée est que vous me suiviez sur twitter (même sans compte c’est possible) et je mettrais des images de l’interface au fur et à mesure que je découvre le joujou et si je suis pas trop fainéant je mettrais cet article à jour.

  • Le menu avec toutes les applications triées par ordre alphabétique. C’est pas facile d’y accéder, la liste habituelle du menu Démarrer me manque.
  • Le Panneau de Configuration, très beau mais pas pratique du tout, les options se résument à On/Off, c’est nul! A noter que l’on peut désormais changer le fond de l’écran de connexion.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pocket-collection.fr/decouvrez-windows-8-en-temps-reel/